Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Saint-Louis de Poissy, anges

Cl. 23246

Tête d’ange

Poissy (Yvelines), après 1297

Craie (pierre de Vernon) sculptée
H. 19,5 ; L. 18 ; Pr. 16,5 cm


Historique

Provient de la priorale Saint-Louis de Poissy. Trouvée sur le site de la collégiale Saint-Louis de Poissy. Offerte par Ernest Meissonier à Victor Geoffroy-Dechaume.

Études et restaurations

Nettoyage (procédé Mora) par Gérald Pestmal en 1986. Étude et restauration par Nathalie Allain et Hélène Gruau en 1998.


Commentaire

Légèrement ovoïde, le visage est souligné par un sourire légèrement contraint, creusant fortement les fossettes, un menton à peine saillant, un nez exceptionnellement conservé et un front haut aux arcades saillantes sur deux yeux étroits, la paupière inférieure, bouffie, presque horizontale, la paupière supérieure à peine entrouverte. Les cheveux, retenus par un bandeau, sont coiffés bien à plat sur la tête et tombent en une cascade de boucles de part et d’autre du visage. Deux boucles, symétriques, en haut du front, surgissent par-dessous le ruban de tête.

L’attribution à la priorale Saint-Louis de Poissy de cette tête a été contestée récemment, au nom notamment des différences qu’elle présente avec les têtes du Louvre. Il nous semble cependant que, si l’on compare cette tête avec les trois dont l’authenticité est assurée, celle de l’ange portant la Couronne d’épines et les Clous, celle de la statue d’Isabelle de France conservée dans la collégiale Notre-Dame de Poissy et, dans une moindre mesure en raison de son état de mutilation, celle de l’ange sonnant de la trompette, les parentés sont évidentes. On retrouve le même menton, les mêmes yeux, le même nez droit, la même forme générale du visage et, dans le cas de l’ange sonnant de la trompette, le même traitement des cheveux au niveau du ruban. Seul le sourire un peu tendu diffère des visages sévères d’Isabelle et de l’ange aux Clous, mais il n’est en rien assuré que cette dureté ait été généralisée dans les sculptures de l’église. Il convient donc de suivre la tradition qui entoure cette tête et de l’attribuer aux anges de la priorale.


Bibliographie

  • Alain Erlande-Brandenburg, « À propos d’une tête d’ange provenant de la priorale Saint-Louis de Poissy », Hommage à Hubert Landais : art, objets d’art, collections. Études sur l’art du Moyen Âge et de la Renaissance, sur l’histoire du goût et des collections, 1987, p. 36-38.

Expositions

  • Un trésor gothique : La Châsse de Nivelles, Paris, musée de Cluny, 1996, no 2.
  • L’Art au temps des rois maudits. Philippe le Bel et ses fils, 1285-1328, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 1998, no 43.
  • Paris, ville rayonnante, Paris, musée de Cluny, 2010, no 156.

Index

Désignation : Ronde-bosse
Matière : Craie de Vernon
Technique : Sculpture
Sujet iconographique : Ange
Période : 4e quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=723



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue