Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Sainte-Chapelle, apôtres

Cl. 18666

Saint Jean

Paris, Sainte-Chapelle, 1243-1248

Calcaire lutétien sculpté avec traces de polychromie
H. 160 ; L. 55 ; Pr. 39 cm


Historique

Provient du décor intérieur de la Sainte-Chapelle de Paris. Entré au musée des Monuments français en 1797. Transféré au Mont-Valérien en 1827. Mutilé et enterré pendant les journées de Juillet en 1830. Chantier de restauration de la Sainte-Chapelle en 1844. Inventorié en 1912. La tête se trouvait, avant 1900, dans l’atelier de Georges Dechaume, restaurateur ayant travaillé à Notre-Dame et à la Sainte-Chapelle. Vers 1900, elle fut placée sur l’apôtre Cl. 18664. Elle fut placée sur ce corps en 1951.


Commentaire

L’avant-bras droit est coupé en son milieu, celui de gauche au niveau du coude, la partie basse, sous la bordure de la robe est perdue et le cou est légèrement repris pour rétablir la jonction entre tête et corps ; en dehors de cela, la sculpture est relativement bien préservée. Le visage, rond, joufflu, un peu bonhomme, est encadré par des cheveux bouclés, disposés en spirales parallèles, qui couvrent la partie haute des oreilles et tombent sur le haut de la nuque. Les yeux sont travaillés en amande étirée, les sourcils légèrement ondulés, les arêtes du nez (mutilé) sont droites, la bouche esquisse un très léger sourire renforcé par des fossettes et un menton marqués. L’apôtre est vêtu d’une robe dont la partie haute, lisse sur le torse, se froisse légèrement de quelques reprises en très bas relief sur l’abdomen avant de bouffer sur une cordelière dont les extrémités terminées par deux nœuds à pompons pendent, de longueur inégale, entre les jambes, la plus longue, à dextre, atteignant à peine le genou droit. En partie basse, la robe tombe en plis tuyautés assez simples, sauf sur la jambe droite, légèrement fléchie, où le genou, porté en avant, dégage une zone lisse soulignée par un pli très aplati de chaque côté. Le manteau, qui tombe largement de part et d’autre du cou, présente un travail très proche, presque lisse, à l’exception du pli du revers légèrement souligné, en partie haute, formant des plis tuyautés tombant en cascade en partie basse, avec un bel effet de floraison à la ceinture à senestre où un petit pan du manteau se prend.

Des apôtres conservés, qui ont tous perdu leur attribut à la Révolution, celui-ci est le seul identifiable, grâce à l’absence de barbe : il s’agit du plus jeune d’entre eux, saint Jean. Comme l’apôtre « mélancolique », saint Jean semble constituer une étape intermédiaire entre l’apogée du classicisme dont témoignent l’apôtre acéphale et celui « à tête de philosophe » et la préciosité de certains des apôtres originaux replacés dans la Sainte-Chapelle. La présence, à la taille, de la corde des franciscains est un étonnant témoignage du poids pris par la communauté mendiante dans le Paris du milieu du xiiie siècle, tout particulièrement auprès du roi.


Bibliographie

  • S. J. Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle royale du Palais, Paris, Impr. de Clousier, 1790, p. 92.
  • Decloux et Doury, Histoire, archéologie descriptive et graphique de la Sainte-Chapelle du Palais, Paris, Impr. de F. Malteste, 1857.
  • Ferdinand de Guilhermy, La Sainte-Chapelle de Paris après les restaurations commencées par M. Duban terminées par M. Lassus, Paris, Bance, 1857.
  • Ferdinand de Guilhermy, Description de la Sainte-Chapelle, Paris, 1867, p. 41-44.
  • Louis Courajod, Alexandre Lenoir, son journal et le musée des Monuments français, vol. 3, Paris, H. Champion, 1878, p. 125-127.
  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 81.
  • Louis Courajod, « Les statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle de Paris », Gazette archéologique, VIII, 1883, p. 152-163.
  • Louis Courajod, Les Statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle de Paris, Paris, [s.n.], 1886.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 190.
  • François Gébelin, La Sainte-Chapelle et la Conciergerie, Paris, H. Laurens, 1931, p. 47-50.
  • Hermann Bunjes, Die steinernen Altaraufsätze der hohen Gotik und der stand der gotischen Plastik in der Ile-de-France um 1300, thèse, Marbourg, 1937.
  • Jean Adhémar, Influences antiques dans l’art du Moyen Âge français, Londres, the Warburg Institute, 1939.
  • Francis Salet, « Les statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle de Paris conservées au musée de Cluny », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1950-1951, p. 117-118.
  • Francis Salet, « Les statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle conservées au musée de Cluny », Bulletin monumental, t. 109(2), 1951, p. 134-156.
  • Francis Salet, « Nouvelle note sur les statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle », Bulletin monumental, t. 112, 1954, p. 357-363.
  • Louis Grodecki, Sainte-Chapelle, Caisse nationale des monuments historiques, Paris, [s.d.].
  • Cesare Gnudi, « Le jubé de Bourges et l’apogée du classicisme dans la sculpture de l’Île-de-France au milieu du xiiie siècle », Revue de l’art, t. 3, 1969, p. 32-36.
  • Alain Erlande-Brandenburg, « La sculpture à Paris au milieu du xiiie siècle », Bulletin de la Société d’histoire de Paris, 1970, p. 2-4.
  • Robert Branner, « The Grande Châsse of the Sainte-Chapelle », Gazette des beaux-arts, 1224, janvier 1971, note 48, p. 18.
  • Willibald Sauerländer, La Sculpture gothique en France, Paris, Flammarion, 1972, p. 118 et p. 150.
  • Annette Weber, « Les grandes et les petites statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle de Paris : hypothèses de datation et d’interprétation », Bulletin monumental, t. 155 (2), 1997, p. 81-101.
  • Françoise Baron, « Le décor sculpté de la Sainte-Chapelle », Dossiers d’archéologie, 264, juin 2001, p. 40-51.
  • Dany Sandron et Philippe Lorentz, Atlas de Paris au Moyen Âge, Paris, Parigramme, 2006, p. 145.
  • Brigitte Béranger-Menand, La Statuaire médiévale en Normandie occidentale. La Vierge à l’Enfant, xiiie-xvie siècle, Saint-Lô, Éd. du Conseil général de la Manche, 2004, t. I, p. 215.
  • id71.

Expositions

  • Saint Louis, Paris, Sainte-Chapelle, 1960.
  • Paris, ville rayonnante, Paris, musée de Cluny, 2010, no 131.

Index

Désignation : Ronde-bosse
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture polychrome
Sujets iconographiques : Saint Jean ; Saint Jean apôtre ; Saint Jean évangéliste
Période : 2e quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=66



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue