Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Notre-Dame de Paris, portail central

Cl. 18643 c (Cl. 12695 c)

Fragment de linteau : la Résurrection des morts

Paris, vers 1210

Calcaire lutétien sculpté avec traces de polychromie rouge
H. 100 ; L. 95 cm


Historique

Provient de l’extrémité senestre du linteau inférieur du portail central de Notre-Dame de Paris. Mutilé en 1771 lors des travaux de Soufflot. Déposé en 1853 lors des restaurations de Viollet-le-Duc. Inventorié en 1891 puis en 1912.

Études et restaurations

Nettoyage en 1950 par la maison E. Bouet.


Commentaire

Aucun des bords de ce fragment n’est entièrement conservé, alors que les parties supérieures et inférieures apparaissent encore complètes sur un daguerréotype de 1840. Le bord dextre porte encore la marque de l’entaille faite par Soufflot lors des travaux destinés à laisser passer le dais de procession. À senestre, un ange, auréolé, vêtu d’une toge drapée sur son épaule à la manière antique, porte à sa bouche une trompe, tandis que trois personnages, deux au registre supérieur, un au registre inférieur, tournent vers lui leurs visages. Les chevelures sont travaillées en bandeaux ondulés superposés, les visages légèrement allongés se terminent par des mentons pointus, les yeux sont écarquillés, les globes saillants. Les drapés, surtout, sont travaillés en séries de plis droits, serrés et de plus en plus saillants. Le contraste stylistique avec l’autre fragment de ce linteau inférieur du portail central (Cl. 18643 a et b) est frappant : le travail de ces personnages peut être rapproché de celui du linteau supérieur ou, au tympan de ce même portail, de la Vierge et de l’ange portant la croix, similaire, tant dans son drapé que dans sa coiffure, à celui du linteau, mais aussi du trumeau du portail occidental de l’église abbatiale de Sainte-Geneviève. Avec ses postures figées, il est évident que ce fragment appartient bien à l’époque de l’érection de la façade et du portail.


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 60.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 155.
  • Chène et Longuet, Le Musée de Cluny, la pierre, le marbre, l’albâtre, la terre cuite, soixante-quatre planches reproduisant près de deux cent motifs, Paris, [s.d.], pl. 38.
  • Eleanor Simmons, Les Heures de Nurenberg, Charles Scheel (trad.), Paris, 1994, p. 72.
  • Willibald Sauerländer, « Die kunstgeschichtliche Stellung der Westportale von Notre-Dame in Paris. Ein Beitrag zur Genesis des hochgotischen Stiles in der französischen Skulptur », Marburger Jahrbuch fûr Kunstwissenschaft, t. 17, 1959, p. 43.
  • Cesare Gnudi, « Le jubé de Bourges et l’apogée du classicisme dans la sculpture de l’Île-de-France au milieu du xiiie siècle », Revue de l’art, t. 3, 1969, p. 32-36.
  • Willibald Sauerländer, La Sculpture gothique en France, Paris, Flammarion, 1972, p. 136.
  • Robert Suckale, Studien zu Stilbildung und Stilwandel der Madonnenstatuen der Ile-de-France zwischen 1230 und 1300, thèse, Munich, 1971, p. 10.
  • Alain Erlande-Brandenburg, « Nouvelles remarques sur le portail central de Notre-Dame de Paris », Bulletin monumental, t. 132, 1974, p. 287.
  • François Giscard d’Estaing, Alain Erlande-Brandenburg et Michel Fleury, Les Rois retrouvés, Paris, J. Cuénot, 1977, p. 38.
  • Alain Erlande-Brandenburg et Dominique Thibaudat, Les Sculptures de Notre-Dame de Paris au musée de Cluny, Paris, RMN, 1982, no 34.
  • Angela Franco Mata, « Juicios Finales en la escultura monumental de las catedrales de Burgos y León y sus áreas de influencia. Peculiaridades iconográficas hispánicas », dans Yves Christe (dir.), De l’art comme mystagogie : iconographie du Jugement dernier et des fins dernières à l’époque gothique. Actes du colloque de la Fondation Hardt tenu à Genève du 13 au 16 février 1994, Poitiers, Éd. de l’université de Poitiers, 1996, p. 191-192 et fig. 17.

Expositions

  • Les grandes heures de Notre-Dame de Paris, Paris, chapelle de la Sorbonne, 1947, no 5.
  • Cathédrales, Paris, musée du Louvre, 1962, no 64.
  • Paris, ville rayonnante, Paris, musée de Cluny, 2010, no 124.

Index

Désignation : Linteau
Matière : Calcaire
Technique : Sculpture polychrome
Sujets iconographiques : Ange ; Résurrection des morts
Motif décoratif : Trompe
Période : 1er quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=45



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue