Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Notre-Dame de Paris, portail Sainte-Anne

Cl. 18640 (Cl. 2740;Cl. 2970)

Saint Marcel

Paris, Notre-Dame, vers 1145

Calcaire (liais parisien) avec traces de polychromie
H. 470 ; L. 37 ; Pr. 61 cm


Historique

Provient du trumeau du portail Sainte-Anne de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Déposé en 1857 par Geoffroy-Dechaume à la demande de Viollet-le-Duc et envoyé par ce dernier au musée de Cluny, réinventorié en 1860 et en 1912.

Études et restaurations

Restauration et suppression des ajouts de Geoffroy-Dechaume par Gérald Pestmal en 1982. Analyse de la pierre par Annie Blanc pour le Centre de recherche sur les monuments historiques en 1985.


Commentaire

Si la Révolution fut fatale aux statues-colonnes du portail Sainte-Anne, le trumeau, quoique vraisemblablement mutilé, et notamment décapité, par Bazin et Varin, resta, quant à lui, en place, pour une raison qui nous échappe. Il fut restauré une première fois en 1818 par un sculpteur du nom de Romagnesi, qui lui octroya une tête barbue et une mitre, et le pourvut d’un bras droit portant la main à ses lèvres. En 1857, Geoffroy-Dechaume reprit ces deux adjonctions, sur les instructions de Viollet-le-Duc, optant pour une tête imberbe et un geste de bénédiction du bras droit. Il compléta également la crosse et reprit le dragon. Une fois ces opérations effectuées, le trumeau fut déposé et remplacé par une copie. Présenté dans le jardin du musée puis, après 1890, dans le frigidarium, il fut entreposé en 1950 dans la tour nord de la cathédrale parisienne en raison de la réorganisation du musée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il ne retrouva les salles qu’après que la Banque française du commerce extérieur eut donné les fragments du portail retrouvés dans les sous-sols de l’hôtel Moreau, donnant lieu à l’aménagement de l’actuelle salle Notre-Dame. À cette occasion, en 1982, Gérald Pestmal fut chargé de la dérestauration. Les adjonctions de Geoffroy-Dechaume furent alors soigneusement séparées du morceau original (elles portent désormais les numéros d’inventaire Cl. 18640 b et c). Une étude des traces de polychromie réalisée en 2000 par le Centre de recherche et de restauration des musées de France n’a pas permis de dégager de données satisfaisantes quant à la polychromie originelle.

Le saint est représenté en position verticale, sous un dais formé d’une assise rectangulaire, dont les trois côtés sont décorés de rainures verticales, sommé d’un demi-tambour également crénelé et précédé par une calotte godronnée sommée d’un bouton plat. De la main gauche, il tenait un bâton épiscopal, dont la pointe pénétrait la gueule du dragon. Les pieds sont posés sur un socle incliné, orné de deux arcatures aveugles et surmonté de deux colonnettes entre lesquelles est figurée une tombe entrouverte dans laquelle on aperçoit la femme possédée. De sa bouche sort le dragon, maîtrisé par le saint. Sur les côtés, le trumeau porte une série d’arcatures aveugles disposées par paires.

Malgré l’état assez imparfait de conservation de ce fragment, on ne peut qu’être frappé par l’exceptionnelle qualité de la sculpture. Les plis, aigus, soulignent les membres, tout en créant un jeu optique de relief et de lumière particulièrement animé. Les effets de courbes du bras gauche du saint sont à ce titre particulièrement remarquables, témoignant de la virtuosité des premiers sculpteurs gothiques.


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 56, p. 5.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 119.
  • Dieter Kimpel, « Le sort des statues de Notre-Dame de Paris. Documents sur la période révolutionnaire », Revue de l’art, 4, 1969, p. 47, note 20.
  • Jacques Thirion, « Les plus anciennes sculptures de Notre-Dame de Paris », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1970, p. 85-112.
  • Willibald Sauerländer, La Sculpture gothique en France, Paris, Flammarion, 1972, p. 85.
  • Anne Pingeot, La Sculpture décorative sur pierre de 1137 à 1314 déposée au musée de Cluny, thèse de doctorat, École du Louvre, dactylographié, 1974, p. 146.
  • Jacques Le Goff, « Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Âge : Saint-Marcel de Paris et le dragon », dans Pour un autre Moyen Âge : temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, 1977, p. 263-265.
  • Alain Erlande-Brandenburg et Dieter Kimpel, « La statuaire de Notre-Dame de Paris avant les destructions révolutionnaires », Bulletin monumental, t. 136 III, 1978, p. 216 et note 26.
  • Alain Erlande-Brandenburg et Dominique Thibaudat, Les Sculptures de Notre-Dame de Paris au musée de Cluny, Paris, RMN, 1982, no 1, p. 19.
  • Alain Erlande-Brandenburg, « La restauration de la statue du trumeau provenant du portail Sainte-Anne, à Notre-Dame de Paris », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1983, p. 133-135.
  • Alain Erlande-Brandenburg, « Une tête de prélat provenant du portail du Couronnement de la Vierge à Notre-Dame de Paris », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1985, p. 12-13.
  • Jacques Thirion, « Le portail Sainte-Anne à Notre-Dame de Paris », Cahiers de la Rotonde, t. 22, 2000, p. 26 et fig. 41.
  • Fabienne Joubert, La Sculpture gothique en France : xiie-xiiie siècles, Paris, Picard, 2008, p. 58.
  • Xavier Dectot, Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Catalogue, Sculptures des xie-xiie siècles. Roman et premier art gothique, Paris, RMN, 2005, no 75.

Exposition

  • Paris, balade au fil du temps, Paris, Bruxelles, Montréal, 2005, p. 27.

Index

Désignation : Trumeau
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture polychrome
Sujets iconographiques : Dragon ; Femme ; Saint Marcel
Motif décoratif : Tombeau
Période : 2e quart du XIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1075



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue